BD·Chronique·Mélanie

Chronique : Le grand méchant renard de Benjamin Renner

712LcWywE3L

 

Date de parution : 21 janvier 2015

Auteur : Benjamin Renner

Editeur : Delcourt

Collection : Shampooing

Prix : 16.95€

Pages : 192

 

Résumé

Face à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle, un renard chétif tente de trouver sa place en tant que grand prédateur. Devant l’absence d’efficacité de ses méthodes, il développe une nouvelle stratégie. Sa solution : voler des œufs, élever les poussins, les effrayer et les croquer. Mais le plan tourne au vinaigre lorsque le renard se découvre un instinct maternel

Mon Avis

Je lis peu de bandes dessinées en général mais celle-ci est hilarante. C’est un coup de cœur ! 

Pour information c’est une bande dessinée pour la jeunesse qui à été adapté en film d’animation. La bande dessinée et le film d’animation ont été primé.

C’est une histoire toute simple et toute mignonne avec des dessins que j’ai apprécié regarder. On suit le renard, un personnage faiblard et sensible, ce qui ne colle pas trop à l’image féroce qu’il voudrait montrer. Il s’introduit dans la ferme, enfin introduire est un grand mot. Les animaux de la ferme ont pitié de lui et lui offre des navets pour le rassasier !

Chacune de ses sorties à la ferme se solde par un retour pitoyable dans la forêt, l’estomac vide, le corps marqué par les coups des poules qu’il a vainement essayé de croquer…

Le renard tente alors de prendre conseil auprès du loup, un animal féroce et habile dans l’art de la manipulation. Notre renard va alors suivre le plan du loup qui consiste à voler les œufs d’une poule. Ce dont il arrive aisément. Le chien chargé de monter la garde est un grand faignant, moins il en fait, mieux il se porte.

Bon, il est vraiment naïf, un œuf n’est pas très nourrissant alors que des poussins dodus si ! Mais une maman renard il y a mieux pour des poussins.

Toute l’intrigue va tourner autour du renard et du comique de la situation, c’est une lecture rapide et distrayante que je recommande vivement !

Si j’ai l’occasion, je lirai d’autres bandes dessinées de la collection shampooing. Elles sont accessibles à tous, aux adultes comme aux enfants, j’adore !

PS: le dessin est de moi.

Mélanie ♥

Publicités
Chronique·Dystopie·Mélanie

Chronique : Anarchie de Megan Devos

1235818759.jpg

Date de parution : 30 janvier 2019

Auteur : Megan Devos

Editeur : JCLattes

Prix : 18.00€

Pages : 400

Résumé

Il n’y en n’a pas pour le moment.

Mon Avis

J’ai eu la chance de pourvoir le lire durant les vacances de noël avant sa sortie le 30 janvier 2019. C’est une merveille.

Pour être honnête, je me suis lancée dans l’inconnu avec ce livre, n’ayant pas trouvé de résumé, mais la couverture me plaisait bien et je ne le regrette pas ! 

C’est une dystopie, pour faire court des guerres se sont déclarées un peu partout et la terre est devenu un champ de bataille, les bombes pleuvaient, les gens mouraient… Les survivants se sont organisés dans des camps qui sont peu à peu devenus rivaux. Je ne peux pas vous en dire plus pour la simple et bonne raison que l’histoire ne débute pas sur une explication précise, bien au contraire, mais je vous rassure on à quelques explications pendant le récit et surtout à la fin.

On découvre Hayden, malgré son jeune âge, il est déjà le chef de son camp. Ses amis et lui sont orphelins, mais ce sont tous trois des prodigues, dès l’âge de 10 ans, ils sortaient déjà en « maraude » hors du camp. C’est une grande responsabilité, Hayden doit répondre aux demandes de tous, réapprovisionner le camp, assurer sa défense…

Lors d’une maraude, il se retrouve dans une position quelque peu délicate, heureusement un léger détail lui permet d’en réchapper. Grace, une jeune fille d’un camp ennemi, fait preuve de clémence. Les deux jeunes gens seront appelés à se revoir, Hayden pourra alors lui rendre la politesse.

Grace va alors se trouver prisonnière… Malgré tout, elle ne désespère pas ce qui m’a étonnée, je dois dire. Se sachant dans une situation délicate elle va tout faire pour apporter son aide et ne pas être un fardeau.

Mise à part l’ambiance post apocalyptique avec l’anarchie qui règne hors des camps avec le risque de croiser des membres d’un camp ennemi ou des brutes, j’ai adorée les deux personnages principaux. c’est un récit à deux voix, ce qui permet de mieux les cerner. Grace est piquante et sait parfaitement se défendre seule, elle a certes été sauvée par Hayden, mais ce n’est certainement pas une pauvre princesse égarée qui à besoin d’un preux chevalier. En même temps, Hayden est loin de l’être, il est solitaire, renfermé et autoritaire. Tous deux sont butés, ce qui va créer des situations explosives !

Si vous avez envie de dépaysement, d’une romance mouvementée, d’une lecture addictive… Commencez cette nouvelle série ! C’est le coup de cœur garanti.

Je remercie Netgalley France et l’éditeur pour m’avoir accordé ce service presse.

Mélanie ♥

Chronique·Fantastique·Mélanie

Chronique : Library Jumpers T3 La briseuse d’illusion de Brenda Drake

briseuse d'illusion

Date de parution : 14 juin 2018

Auteur : Brenda Drake

Editeur : Lumen

Prix : 15.00€

Pages : 570

Résumé

Il lui suffit de tourner la page pour déclencher la fin du monde…Nul besoin de carte d’adhérent pour emprunter les passages qui relient entre elles les plus belles bibliothèques du monde, mais ne vous y fiez pas : les pires dangers y rôdent… Les menaces que Gia Kearns affronte entre ces murs ont leur lot de dents acérées et de griffes aiguisées comme des poignards – et le magicien maléfique qui mène cette infernale sarabande semble bien décidé à débarrasser la terre de la présence de Gia !

Pour survivre, la jeune fille n’a qu’une seule issue : retrouver sept mystérieuses clés cachées dans les plus anciennes bibliothèque, disséminées sur toute la surface du globe, et résoudre une ultime énigme – comment s’utilisent-elles ? Elle tente de résister aux émois de son cœur qui, pense-t-elle, ne peuvent que venir perturber cette quête, mais son amour naissant pourrait bien être le seul recours quand le monde menace de s’écrouler autour d’elle…

Il lui suffit de tourner la page pour déclencher la fin du monde ! Bestiaire fabuleux, objets magiques, voyage entre les univers… Jamais plus vous ne regarderez un vieux livre poussiéreux du même œil ! Avec La Briseuse d’illusions, Brenda Drake vous entraîne à la suite de Gia dans une quête initiatique périlleuse et riche en révélations.

Mon Avis

C’est le dénouement, la fin de l’histoire de Gia et ses amis. Pour être honnête les événements, s’enchaînent beaucoup trop vite à mon goût… On arrive à la fin sans vraiment s’en rendre compte.

À la fin du deuxième tome une bataille qui n’est pas en faveur de Gia se déroule, c’est l’élément déclencheur car dans le tome 3, après une courte pause, on enchaîne les combats, les batailles, les pertes, et surtout les sauts dans de nombreuses bibliothèques. Au point où j’ai été perdue entre les différentes bibliothèques du monde et les différentes villes du monde des chimères.

Vous l’aurez compris il y a énormément d’événements qui s’enchaînent dans ce dernier tome. Gia quitte son repère pour affronter sa destinée et retrouver les 7 Chiavi pour pouvoir affronter la tétrade. On aurait pu penser qu’elle allait se révolter contre la prophétie la concernant, mais pas du tout, elle sacrifiera beaucoup pour l’accomplir malgré un manque de confiance en elle évident.

Par contre ce qui me choque, c’est sa relation, dans le dernier tome, j’avais sous-entendu qu’elle avait évolué. En réalité suite à un sort Arik la laisser tomber et elle s’est mise avec Bastien, rien d’étonnant, on s’en doutait. Mais elle ne garde quasiment aucune rancune à la sorcière, Emile, qui avait envoûté Arik Cette dernière était possédée, mais quand même !

Et puis autant j’aime bien les triangles, mais là non, l’auteur doit être un peu fleur bleue, mais tous les couples sont niais

En ce qui concerne le dénouement, il était prévisible. En somme c’est une série sympathique à lire, mais ce n’est décidément pas un coup de cœur, loin de là, pourtant le concept des portes livres était géniale C’est dommage que l’on ne prenne pas plus de temps pour découvrir les bibliothèques que Gia et ses amis parcours, ça m’aurait vraiment plu.

PS: le dessin est de moi, j’ai voulu rappeler les familiers des sorcières que Gia apprécie.

Mélanie ♥

Chronique·Essai·Mélanie

Chronique : Paroles d’animaux de Karine Lou Matignon

9782707197931

Date de parution : 25 Octobre 2018

Auteur : Karine Lou Matignon

Editeur : La Découverte

Prix : 18.00€

Pages : 248

 

 

 

 

 

Résumé

Le langage n’est plus le propre de l’homme. On sait désormais que les animaux communiquent entre eux mais également à notre attention. Nous n’avons jamais été aussi proches de nous comprendre mais il reste un pas à faire en direction de cet autre que l’homme n’a jamais vraiment considéré comme un interlocuteur. Qu’il sache déjà que les animaux ne parlent pas pour ne rien dire.Au prétexte que les animaux ne parlent pas un langage articulé, on a jugé qu’ils ne pensaient pas, qu’ils n’avaient rien à dire et qu’ils étaient insensibles. Grâce aux dernières découvertes scientifiques, nous savons désormais que les animaux ont un langage. Comment communiquent-ils entre eux, et avec nous ? Pourrons-nous bientôt converser ensemble ?

Communiquer avec les animaux est l’un des enjeux des prochaines décennies. L’idée a traversé les cultures et les époques : après avoir tenté d’apprendre notre langage aux animaux dans les années 1960, les chercheurs se sont engagés à décoder le leur. Ils se sont alors rendu compte que nos langages avaient une parenté plus étroite qu’on ne le pensait. Leurs  » conversations  » ne sont pas  » bruit  » ou  » grincement « . Elles racontent des histoires, des apprentissages ; elles expriment des émotions, des intentions ; elles forment une pensée et une identité. Comme nous, les animaux peuvent apprendre une langue étrangère, échanger dans des dialectes régionaux, transmettre des informations, désigner des éléments pour décrire leur monde, utiliser une syntaxe, apprendre à parler à leur progéniture… De même, ils écoutent, déchiffrent et s’adressent aux hommes de différentes manières : communication vocale et acoustique, échange visuel par le biais de postures. Les technologies promettent pour l’avenir des outils qui nous permettront de nous comprendre mutuellement, de traduire leur langue et la nôtre, et de saisir ainsi leur point de vue. Ces découvertes ouvrent des perspectives révolutionnaires et demain, qui sait, les animaux revendiqueront peut-être haut et fort leurs droits.

Mon Avis

J’ai adoré, c’est un coup de cœur ! C’est un documentaire abordable et une mine d’information que je recommande à tous ceux qui aiment les animaux.

Malgré le passage des araignées qui m’a donné des frissons dans le dos au point d’avoir envie de fermer ma liseuse, je me suis forcée à continuer et je ne le regrette pas ! Certains passages sont complexes et demandent une attention toute particulière, je vous recommande de lire ce documentaire dans un endroit calme, car ce n’est certainement pas une lecture distrayante que l’on peut lire entre deux cours (pour l’avoir testé, ce fut un échec, je n’ai pas réussi à lire plus de deux pages).

Les animaux ont longtemps été considérés comme dénués de sentiments ou d’intelligence, et par conséquent, on a longtemps cru qu’ils ne communiquaient pas (enfin pour certain) alors que c’est faux. Ils ne sont pas idiots, loin de là. 

Ce livre démontre de manière étonnante que la majorité des animaux sont capables de bien plus que nous au même âge, un enfant humain se développe très lentement alors que beaucoup d’espèces apprennent bien plus vite certains concepts comme avoir conscience de soi dans un miroir ou l’existence d’un objet bien qu’il soit hors de notre champ de vision. 

Ce sont des êtres dotés de sentiments, ils ressentent de la tristesse après la perte d’un de leur proche en revenant sur les restes de leur camarade comme les troupeaux d’éléphants ou en manifestant leur tristesse envers un membre de la meute qui leur était proche comme les loups. C’est animaux créent des liens avec leurs congénères, mais aussi avec différentes espèces. Et tout comme les humains, ils peuvent se montrer cruels en ignorant délibérément un de leur congénère… 

Ils discutent entre eux et avec nous, le titre « paroles d’animaux » est révélateur. Certes, ils ne possèdent pas le même langage que nous, mais tout comme nous, ils communiquent et peuvent apprendre d’autres langages dans un besoin de sociabilisation. Les cas pris dans l’ouvrage font référence à des animaux en captivité, il n’est pas question de juger cette pratique ici (je préfère voir des animaux libres qu’en cage, mais l’homme ayant déjà fait des ravages les programmes de sauvegardes sont utiles ou du moins j’aime le penser). Cependant, je trouve ça assez triste de voir des animaux être obligés de communiquer avec l’homme n’ayant aucun congénères à qui parler… Il souffre de solitude et c’est cette solitude qui les incite à changer pour s’adapter à leur environnement.

L’animal est un être intelligent et doté de sentiments, mais il est bien plus simple de penser le contraire si l’on veut les manger ou les torturer, le livre explique très bien ce qu’est la corrida

Les sujets abordés sont assez variés ce qui permet de pouvoir changer chapitre si le thème ne nous intéresse pas ou que l’on connaît déjà les cas cités par exemple. En tout cas je n’ai pas tout abordé dans cette chronique, seulement les chapitres qui m’ont particulièrement marqués. Et si vous avez aimé ce documentaire, n’hésitez pas à lire la libération animale de Peter Singer, il est plus éprouvant étant donné que l’auteur décrit des expériences, des élevages,… Dans le but d’alerter et de toucher l’opinion générale, mais en terme de cause animal, c’est un ouvrage de référence à mon sens.

Je remercie Netgalley France et l’éditeur pour ce service presse que j’ai mis un bout de temps à lire, mais qui est finalement un coup de cœur ! 

Mélanie ♥

A propos de mes lectures·Bilan Lecture·Mélanie

Bilan Lecture : Décembre 2018

Salut ! J’espère que les fêtes de fin d’année se déroulent comme vous voulez. Pour ma part, j’ai profité des vacances de noël pour lire. J’en ai aussi profité pour acheter pas mal de livre que je lirai dans les prochains mois.

Vous aussi vous avez profité des vacances pour lire ou compléter votre pile de lecture à lire ? 

  • Mes coups de cœur :

Anarchie de Megan Devos  (service presse : Netgalley)

La Déclaration de Michaël Escoffier et Stéphane Sénégas

  • J’ai adoré :

Forbiden de Tabitha Suzuma

Grimms manga de Kei Ishiyama

Psy changeling T16 Silence éternel de Nalini Singh

  • J’ai lu aussi : 

Et sens de femme (manuscrit du comité de lecture NDB édition)

Mon safari dans Paris de de Francesco Acerbis

  • Je n’ai pas aimé :

Terre d’exil (manuscrit du comité de lecture NDB édition)

Mélanie ♥

Chronique·Fantastique·Mélanie

Chronique : Library Jumpers T2 La gardienne des mensonges de Brenda Drake

library-jumpers-tome-2-la-gardienne-des-mensonges-868085-264-432

Date de parution : 26 Janvier 2017

Auteur : Brenda Drake

Editeur : Lumen

Prix : 15.00€

Pages : 479

Résumé

Il lui suffit de tourner la page pour déclencher la fin du monde…Quand le Conseil des mages envoie Gia dans une petite ville du Connecticut, elle croit d’abord que vivre sous protection avec sa famille, ses amis – et, en bonus, Arik en personne – ne devrait pas s’avérer trop désagréable. Mais la déception ne tarde pas : non seulement son meilleur ami, Nick, a du mal à contrôler de tout nouveaux pouvoirs plus qu’inquiétants mais, en plus, Gia est contrainte de vivre sous le même toit que Deirdre, sa jumelle seulement en apparence, avec qui elle ne s’entend pas du tout… Sans compter qu’Arik semble s’intéresser d’un peu trop près à l’une de leurs jeunes voisines !

Bien décidée à retrouver les Chiavi manquantes – ces clés magiques qui sont leur seul espoir –, la jeune Sentinelle, accompagnée de Nick, visite en secret certaines des plus belles bibliothèques de la planète. Mais le sort s’acharne : elle déclenche au détour d’un couloir sombre un piège qui l’expédie vers une bien mystérieuse destination. Pour retrouver les siens et affronter Conemar, Gia va être contrainte de faire un sacrifice, un choix terrible qui lui coûtera un être cher.

Il lui suffit de tourner la page pour déclencher la fin du monde ! Bestiaire fabuleux, objets magiques, voyage entre les univers… Jamais plus vous ne regarderez un vieux livre poussiéreux du même œil ! Avec La Gardienne des mensonges, Brenda Drake nous entraîne à la suite de Gia dans une quête initiatique périlleuse et riche en révélations.

Mon Avis

Le tome 1 n’a pas été un coup de cœur mais j’ai tout de même adoré replonger dans l’univers de Gia. 

Une fois encore lire ce livre m’a permis de m’éloigner de la réalité, c’est ce que j’apprécie dans le fantastique, le dépaysement est garanti. 

On découvre Gia sous un nouveau jour, non plus comme une jeune ingénue qui découvre ce qu’elle est en réalité mais comme une combattante hors pair qui se bat pour ceux qu’elle aime. Mais aussi une jeune fille ingénieuse, je suis étonnée des énigmes qu’elle arrive à résoudre pour trouver les Chiavi au côté de Nick qui lui est complètement à côté de plaque, j’adore.

Puis on en apprend bien plus sur ce monde des chimères remplis de magie et de créature fantastique bonne ou mauvaise. C’est réellement un fabuleux bestiaire et un univers magique que nous offre Brenda Drake et qui est ici bien plus développé que dans le tome 1.

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, Gia est envoyée dans une petite ville du Connecticut par le Conseil des Mages. Elle va ainsi pouvoir vivre avec sa famille et ses amis et retrouver un semblant de vie normale … enfin bon c’est sans compté ses séances d’entrainement régulières, une jeune sorcière en puissance, une « jumelle » avec qui elle n’a rien en commun, et un meilleurs ami qui risque de mal tournée si on en croit la prophétie …

Le triangle que forme Gia, Arik et Bastien perdurent et malheureusement ou heureusement (je vous laisse jugé) il y aura du changement !

Il y a beaucoup de scène de combat dans ce deuxième tome, donc beaucoup plus d’action, ce qui n’est pas pour me déplaire car ça fait avancer l’intrigue. C’est un tome qui révèle un certain nombre de chose, qui introduit de nouveaux personnages  et surtout qui va bouleverser certaines relations instaurées dans le premier tome.

Mélanie ♥

Chronique·Mélanie·Romance

Chronique : Les fantômes du passé T1 Amnésie de Cambria Hebert

les-fantomes-du-passe-tome-1-amnesie-1067456-264-432

Date de parution : 12 novembre 2018

Auteur : Cambria Hebert

Editeur : Mxm Bookmark

Collection : Infinity

Prix : 23.00€

Pages : 400

Résumé

Je me suis échouée sur le rivage d’une petite ville en bordure de lac.Un endroit où tout le monde se connaît, et pourtant…Personne ne me connaît, moi.Je ne me connais pas moi-même.

Lorsqu’une femme ignore son propre prénom, existe-t-elle vraiment ?

J’ignore ma couleur de cheveux d’origine, ma date de naissance, mon lieu de résidence.

Je suis invisible.

À mes yeux et à ceux de tout le monde.

Tout le monde, sauf lui.

Je lis au plus profond de son regard et à la manière dont il scrute mon visage comme si je constituais une énigme qu’il était déterminé à résoudre, qu’il me reconnaît.

Je veux simplement des réponses, la vérité… savoir.

Ses lèvres demeurent scellées. Toutefois, son regard m’ensorcèle.

Je ne peux avoir confiance en personne, pas même en moi-même. Quelqu’un veut ma mort, la même personne qui a tenté de me noyer dans les profondeurs sous-marines.

Elle va revenir me traquer… Et je ne saurai pas à quoi ressemble mon ennemi.

Je ne sais même pas à quoi je ressemble.

Je suis Amnésie.

Mon Avis

Cette lecture ne fut pas un coup de cœur…

Je n’avais jamais lu de livres de cet auteur auparavant. Sa saga Hashtag a apparemment reçu un bon accueil et je la lirai peut-être pour me faire une idée plus précise de l’auteur.

L’histoire est simple, peut-être trop, une femme est retrouvée sur les rives d’un lac par un homme. Lorsqu’elle se réveille suite à son coma elle est amnésique, mais l’homme qui l’a sauvé semble la connaître et être attaché à elle. C’est assez étrange, presque malsain.

Cette femme qui se surnomme elle-même Amnésie. C’est intéressant, car on la découvre en même temps qu’elle apprend à se connaître, elle ne connaît pas ses goûts, ses traits de caractère… Tout est nouveau pour elle. C’est une parfaite inconnue que lui revoit le miroir. C’est sans doute pour ça qu’elle s’accroche autant à Eddie, son mystérieux sauveur. Ils développent ainsi une relation de dépendance que je n’ai pas vraiment aimée, ce n’est pas sain et à mon goût un peu trop fleur bleue. Mais cette relation à son charme, Eddie est totalement dévoué à Amnésie.

Heureusement qu’il est là, car on découvre qu’Amnésie est poursuivi par un mystérieux tueur. Cela constitue toutes l’intriguent du Roman. Qui est cette femme échouée sur les rives du lac ? Pourquoi la dévisage-t-on comme si elle ressemblait à quelqu’un qu’ils connaissaient ? Pourquoi tant de sollicitude de la part de certains habitants ? Qui est cette ermite vivant sur une petite île du lac ? Pourquoi Eddie semble déjà l’aimer avant de la connaître ? Pourquoi se sent-il si coupable ? Ce sont toutes les questions que l’on peut se poser au cours de l’histoire.

La chute est surprenante, j’ai apprécié de ne pas la découvrir par moi-même, car dans le cas contraire ça aurait voulu dire qu’elle était trop simple.

Mais je ne pense pas lire le tome 2, je n’ai pas accroché à l’histoire d’Amnésie et d’Eddie, c’est un peu décevant compte tenu du fait que j’adore les histoires de la collection infinity habituellement.

Je remercie tout de même Netgalley France et l’éditeur pour ce service presse.

Mélanie ♥

Chronique·Fantastique·Mélanie

Chronique : Library Jumpers T1 La voleuse de secrets de Brenda Drake

library-jumpers-tome-1-la-voleuse-de-secrets-777484-264-432

Date de parution : 2 juin 2016

Auteur : Brenda Drake

Editeur : Lumen

Prix : 15.00€

Pages : 492

Résumé

Fervente lectrice, passionnée d’escrime, Gianna a perdu sa mère à l’âge de quatre ans. Elle visite pour la première fois l’Athenæum, l’une des plus anciennes bibliothèques de Boston, accompagnée de ses deux meilleurs amis, quand elle remarque le comportement étrange d’un mystérieux jeune homme. L’inconnu finit même par se volatiliser presque sous ses yeux, penché sur un volume des Plus Belles Bibliothèques du monde. Lorsque Gia s’approche à son tour de l’ouvrage, elle se retrouve transportée de l’autre côté du globe, à Paris, dans une magnifique salle de lecture dont une bête menaçante arpente les rayons, comme elle ne tarde pas à le réaliser avec un frisson.

Mon Avis

J’ai adoré ma lecture, mais c’est quand même une petite déception. J’attendais bien plus d’une histoire mêlant des bibliothèques emblématiques à  un univers fantastique.

Les couvertures des trois tomes sont magnifiques et j’ai tout de suite été séduite par le résumé : Même si ce livre traite d’une jeune fille passionnée de lecture et un autre univers qui se sert des bibliothèques comme porte d’accès. Me destinant à travailler en bibliothèque et étant adepte de fantastique je me suis dit que ce livre allait être un coup de cœur … mais ce ne fut malheureusement pas le cas. Il faut parfois se méfier des apparences… L’histoire est intéressante, mais va beaucoup trop vite. C’est souvent ce que je déplore dans le fantastique, l’introduction du surnaturel survient rapidement sans explication logique. Malgré ces critiques, j’ai adoré le dépaysement que m’a apporté ce livre.

La jeune fille dont il est question plus haut se nomme Gia. Lors d’une sortie avec ses amis à l’Athenæum, l’une des plus anciennes bibliothèques de Boston, elle remarque un jeune homme. D’une nature timide mais curieuse, elle n’osera pas lui parler, par contre une fois disparu, elle va s’intéresser au livre qu’il lisait, bonne ou mauvaise idée ? Je dirai, mauvaise ! Il s’agissait d’un livre sur les plus belles bibliothèques du monde. Elles et ses amis vont être projetés dans une salle de lecture à Paris. Et ils ne seront pas seuls.

Les trois amis découvrent alors une bête affreuse et Gia se révèle ingénieuse ou stupide… Une agrafeuse, sérieux ? Bon au moins elle reverra son mystérieux inconnu, et il sera accompagné. À partir de ce moment le surnaturelle prends une place importante.

On découvre un monde invisible aux yeux des humains, mais ce n’a pas toujours été le cas. Les sentinelles sont là pour protéger les humains des chimères. Elles vivaient au côté des humains avant qu’ils deviennent trop nombreux et rejettent ces créatures. Depuis les chimères, gardent une certaine rancune. Mais on a aussi des sorciers, des lycanthropes, des pseudo-vampires…

Et Gia n’est pas tout à fait normale, elle est une sentinelle née d’une union interdite. Sa mère l’a caché pour la protéger. Elle fait l’objet d’une prophétie qui pourrait conduire à la fin du monde et sa découverte va actionner le début d’une guerre.

Puis outre cette guerre Gia doit faire face à ses sentiments envers Arik, le jeune homme de l’Athenæum qui lui est interdit. Les coutumes de cette société lui interdisent d’être avec lui et lui imposera un promis… Sa famille sera mise danger tout comme ses amis dont les révélations les concernant me surprendront. L’intrigue est bien menée.

En conclusion je vous recommande ce premier tome si vous êtes fan de fantastique !

Mélanie ♥

Chronique·Fantasy·Mélanie

Chronique : Heartless de Marissa Meyer

51QguYy49lL

Date de parution : 05 octobre 2017

Auteur : Marissa Meyer

Editeur : Pocket Jeunesse

Prix : 18.50€

Pages : 608

Résumé 

Catherine est peut-être une des filles les plus désirées de Wonderland, et une favorite du Roi de Cœurs encore non-marié, mais son intérêt se trouve ailleurs. Talentueuse cuisinière, tout ce qu’elle veut c’est ouvrir une boutique avec sa meilleure amie et fournir le Royaume de Cœurs avec des pâtisseries et des confections délectables. Mais d’après sa mère, un tel but est impensable pour une jeune femme qui pourrait être la prochaine Reine.

A un bal royal où Cath est attendue pour recevoir la proposition de mariage du Roi, elle rencontre Badin, le charmant et mystérieux joker de la court. Pour la première fois, elle sent une vrai attraction. Au risque d’offenser le Roi et d’exaspérer ses parents, elle et Badin entrent dans une intense, secrète séduction.

Cath est déterminée à définir sa propre destiné et tomber amoureuse selon ses termes. Mais dans un pays grandissant avec magie, folie, et monstres, le destin a d’autres plans.

Mon Avis

Un coup de cœur sans hésitation ! La couverture est magnifique et le récit haut en couleur.

Je n’ai pas lu les chroniques lunaires (ils sont dans ma pile !) j’ai donc découvert Merrisa Meyer avec Heartless et j’adore. On retrouve tout l’univers d’Alice au pays des merveilles du point de vu de Cath, une jeune lady vivant dans l’opulence, mais qui rêve de plaisir plus simple.

Cath est jeune et naïve mais déterminée à réaliser ses rêves. Malheureusement, ses parents et le roi en personne vont se mettre au travers de son chemin. Depuis des années, la jeune lady rêve d’ouvrir sa pâtisserie avec sa servante, mais ce n’est ce que l’on attend d’une personne de son rang. De plus, ses pâtisseries exquises ont charmé le roi qui envisage de la prendre pour reine.

Mais ce n’est pas tout, une bête cauchemardesque s’attaque au Royaume de Cœur. Le roi, gentil mais simplet n’envisage rien pour protéger ses sujets mis à part des banquets, des bals…. Badin, le nouveau bouffon du roi, aura pour mission de distraire le roi et les sujets du royaume lors de ces fêtes dont la belle Cath, somptueuse dans sa robe rouge que l’on peut voir sur la couverture. Je dois dire que j’adore le personnage de Badin, taquin et mystérieux.

J’ai vraiment pris en pitié Cath, piégée par les attentes de ses parents qui ne pensent pas aux bonheurs de leur fille… Quoi qu’ils en disent. Mais je l’ai aussi admiré, elle est courageuse et n’abandonne pas ses rêves bien que l’on connaisse déjà la fin de l’histoire. Sa gentillesse et sa loyauté vont mettre un terme à ce qui aurait pu être un happy end.

En somme, les attentes de ses parents ont conduit Cath à tout risquer, tout abandonner et tout perdre alors que tout aurait pu être si simple … Ce n’est pas les seuls fautifs, un certain chapelier fou n’est pas en reste dans les mésaventures que connaîtra Cath et Badin. C’est une histoire bien triste dont on pourrait en déduire de nombreuses morales.

Après ce coup de cœur, j’ai hâte de découvrir les chroniques Lunaires !

Mélanie ♥

Chronique·Contemporain·Mélanie

Chronique : Traces de craie de Juliette Lafonds

CVT_Traces-de-craie_944

Date de parution : 15 Octobre 2018

Auteur : Juliette Lafonds

Editeur : La Rémanence

Collection : Regards

Pages : 126

Prix : 12€

Résumé

Tout a commencé quand il m’a vue entrer dans la classe, motivée, pleine de projets et d’ambitions, intéressante sans doute. Mais voilà qu’il arrive une chose inouïe. Inimaginable. C’est un jeu, suppose-t-on, car on n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans… Des sourires appuyés, des frôlements, le regard qui s’attarde trop dans celui de l’autre… Flamme de la littérature ? Je suis le professeur de français. On rentre dans le métier d’enseignant plein d’enthousiasme, et il y en a, des désillusions. Copies médiocres, élevés désintéressés, collègues parfois désagréables, rivalités… On nous a mis en garde contre tout, sauf le pire. Ou le plus beau…

Mon Avis

J’ai d’abord été attirée par la couverture, que j’ai trouvé magnifique, puis le résumé m’a intriguée. C’est un roman assez court, 126 pages (103 sur ma liseuse), qui se lit facilement. Il traite de la vie personnelle et professionnelle d’une enseignante qui est aussi maman.

J’ai adoré lire ce livre, car il est très réaliste, il expose les difficultés que rencontre un professeur entre la préparation des cours, la gestion des classes parfois compliquées et la correction des copies qui empiète sur la vie privé. C’est un métier qui attire et qui a son charme, mais il ne faut pas idéaliser la chose, c’est compliqué d’être professeur.

D’ailleurs, cette citation est assez explicite : « On entre dans le métier d’enseignant plein d’enthousiasme, et il y en a, des désillusions. Copies médiocres, élèves désintéressés, collègues parfois désagréables, rivalités… On nous a mis en garde contre tout, sauf le pire. Ou le plus beau ».

Outre les difficultés du métier, on découvre une jeune femme, Sarah, qui subit un divorce. J’utilise le terme subir, car bien qu’elle soit d’accord avec ce divorce, il est compliqué. Déjà comme elle l’explique la solitude lui pèse, mais surtout elle voit sa fille s’éloigner. Son père ne travaillant pas, la petite Madeleine se retrouve en garde chez lui et chez sa grand-mère. Mais le pire reste à venir quand son ex se remarie. Elle ne peut pas supporter l’idée que sa fille lui échappe peu à peu. Et c’est pourtant le cas, elle n’est plus aussi présente pour Madeleine.

D’autant plus que l’un des sujets de ce roman est le fantasme professeur-élève. Sarah pense de plus en plus à un de ses élèves, Julien. Une attirance qui semble réciproque. Cette histoire ne l’aide pas à se concentrer sur ce qui lui reste de sa famille. Mais elle a surtout peur de subir le jugement d’autrui en se confiant.

C’est un roman instructif. On découvre que Sarah doit faire face aux reproches et attentes qui retombent sur sa personne : sa mère qui est indignée de la voir seule à son âge, son entourage qui pense qu’avec son boulot élever sa fille n’est pas possible, son frère qui estime que Madeleine est un fardeau à présent, la pression avec le bac et le nombre de lectures minimales à faire pour satisfaire l’éducation nationale… C’est intéressant de voir un tel manque de compréhension de la part de ses proches … mais tellement réaliste car peu de gens se mettent à la place des autres avant de juger.

En somme, ce n’est pas un coup de cœur, mais un roman qui m’a grandement intéressé.

Je le recommande et remercie Netgalley France et l’éditeur pour ce service presse.

Mélanie ♥